Camp de gitans, Vladimir Lortchenkov

Titre : Camp de gitansCouv0077

Auteur : Vladimir Lortchenkov

Edition : Mirobole

Résumé : Loufoque, grinçant, acide, voici le tableau d’un pays en plein chaos dans un monde à la dérive. A l’Assemblée générale des Nations Unies, un terroriste moldave prend en otages tous les grands de ce monde, d’Obama à Poutine, en passant par Merkel, Berlusconi et Sarkozy. Ses revendications stupéfient la planète. Pendant ce temps en Moldavie, entre incurie, corruption et culte aveugle de l’Union européenne, le pays a sombré dans l’anarchie, la capitale Chisinau est envahie par des hordes d’enfants abandonnées et une étrange religion se répand.

*

Mon avis : 

Camp de gitans est le second roman de Vladimir Lortchenkov après Des milles et une façons de quitter la Moldavie, mais peut très bien se lire indépendamment (Je n’ai personnellement pas lu le premier, même si maintenant il me tente bien). Ce roman nous trace un portrait d’un pays oublié de tous, la Moldavie.

L’histoire commence fort ! Délaissé, un groupe de Moldaves décide de faire entendre ses revendications en prenant en otage aux Nations Unies, les chefs des gouvernements de la planète. Cette première scène donne immédiatement le ton avec un humour noir désespéré. Puis retour arrière et à travers différents personnages et points de vue – de simples habitants, des prisonniers de camp de travail, de hauts fonctionnaires… – on découvre comment on en est arrivé là avec un prisonnier qui devient le leader d’une nouvelle religion et la recherche d’une Terre promise pour les Moldaves.

La Moldavie, coincée entre la Russie dont elle a gardé certaines habitudes de la période soviétique et l’Union Européenne à laquelle elle aspire (au point que l’auteur en a inventé une religion « Eurolatrie ») , est décrite dans ce récit loufoque qui part un peu dans tous les sens. Et personne n’échappe à la plume de l’auteur dans cette satire sociale et politique.

J’ai cependant eu quelques difficultés avec la première partie, qui après un début fort marquant a un peu tendance à partir dans toutes les directions avec quelques longueurs et quelques passages peut-être pas forcément utiles. Néanmoins, j’ai beaucoup apprécié ce roman et son humour. Décidément les éditions Mirobole font dans l’originalité !

 

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. J’adore les Éditions Mirobole ! Je n’ai pas encore lu celui-ci, mais il me fait envie.
    Si le style t’a plu, je te conseille de jeter un œil au reste de leur catalogue (je ne peux que conseiller Le Vivant d’Anna Starobinets et L’Autre ville de Michal Ajvaz (que j’ai déjà chroniqué si ça t’intéresse), un coup de cœur et une très bonne découverte ! ;))

  2. il est dans ma wish, j’espère bientôt mettre la main dessus et découvrir ce détonnant roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *